Version imprimable de cet article Version imprimable

Politique International

Eléments de clarifications sur le « populisme »

4 septembre 2017 Gilles Van Hamme

CC by

Le terme populisme est devenu omniprésent dans le débat public au cours des dernières années. Il qualifie en particulier les mouvements d’extrême-droite mais semble désormais aussi désigner des mouvements et partis de la gauche radicale, comme Podemos, Syriza, ou même le PTB en Belgique, voire à d’autres mouvements plutôt situés au centre de l’échiquier politique, comme Le mouvement cinq étoiles en Italie. Cet article s’interroge sur la pertinence et la fonction d’un terme politiquement aussi polysémique et propose quelques clarifications sur son usage politique.

1. Dans les champs politique et médiatique, la qualification de populisme a essentiellement pour fonction le dénigrement, la condamnation sans autre forme de débat [1]. En effet, l’usage du terme contre une organisation ou un adversaire politiques rend inutile le débat : celui qui profère une telle condamnation n’a guère besoin d’argumenter son propos, il a rejeté son adversaire dans le champ de l’irrationnel, en dehors du champ politique légitime. Au cours des dernières années, le terme est utilisé de façon récurrente dès lors qu’apparaît une contestation de l’ordre libéral dominant, marqué en Europe par l’austérité.

Les conséquences politiques de la crise de la dette souveraine en Grèce permettent d’illustrer notre propos. Syriza, un parti politique issu de la gauche alternative, a connu à partir de 2012 une montée politique fulgurante jusqu’à remporter les élections de janvier 2015 (puis de septembre 2015) et ainsi renversé près de quatre décennies de bipartisme en Grèce (PASOK au centre-gauche vs. ND au centre-droit). Selon Kyriakos Mitsotakis, le leader de la droite grecque, « Tsipras est populiste » [2]. A l’apogée de la crise grecque, en juillet 2015, Syriza tente de résister aux pressions européennes lui enjoignant de poursuivre la politique de réduction des dépenses publiques menée depuis 2010 ; cette résistance est conforme au mandat que les électeurs grecs ont octroyé à Syriza, élu en janvier 2015 pour mettre fin à l’austérité. Pourtant, au Parlement européen, Verhofstadt, ancien Premier Ministre belge (1999-2008) et actuel leader des libéraux au parlement européen, s’indigne de l’attitude de Tsipras, le leader de Syriza, lui criant : « Montrez que vous êtes un vrai leader et non un faux prophète ». [3] Deux jours plus tôt, Monsieur Macron, alors Ministre de l’économie en France, propose un parallèle très explicite entre l’extrême-gauche et l’extrême-droite : « Le Front national n’est que le visage d’un populisme. (...) Il est, toutes choses égales par ailleurs, une forme de Syriza à la française, d’extrême droite... Mais, d’ailleurs, vous voyez cette coagulation des contraires se faire : qui adore Syriza chez nous ? Monsieur Mélenchon et Madame Le Pen. Avec qui s’allie Monsieur Tsipras en Grèce ? Avec son extrême droite souverainiste » [4].

Pourtant, on peut trouver de nombreux exemples d’affirmations qui pourraient être qualifiées de démagogiques et/ou populistes (car précisément les deux termes sont souvent confondus à l’adresse de l’extrême-gauche ou de l’extrême-droite) chez les dirigeants européens issus des forces politiques dominantes. Et elles ne sont pas qualifiées de cette façon. Ainsi, toujours pendant la crise grecque, Angela Merkel, Chancelière de la République Fédérale d’Allemagne, oppose très explicitement l’Allemand travailleur au Grec fainéant : « Nous ne pouvons pas partager une monnaie lorsque l’un a de nombreuses vacances et l’autre pas. A long terme, ce n’est pas compatible ». [5] Un tel jugement prend toute sa saveur lorsque l’on sait que les Allemands ont 30 jours de vacances annuels et les Grecs 23 et que le nombre d’heures travaillées est bien plus élevé en Grèce qu’en Allemagne ! [6]

Les discours médiatique et intellectuels ne sont pas en reste. Selon « Le Monde »,

ce populisme prend diverses formes. Quand la critique de l’élite bruxelloise prend la forme de l’extrême-droite populiste dans les pays nordiques (Suède, Finlande, Danemark), il se manifeste dans le sud par la gauche radicale que l’on croyait enterrée [7].

Plus près de nous, le PTB reçoit régulièrement des procès en populisme. Apostrophé sur la question du renouveau politique au parlement par Raoul Hedebouw (leader du PTB), Monsieur Michel, Premier ministre, s’exclame : « Vous êtes un populiste ... vous êtes un populiste Monsieur Hedebouw, vous le démontrez de manière flagrante aujourd’hui » [8].

Bref, l’appellation de populisme a pour fonction de dénigrer la contestation politique radicale, la rejetant en dehors du champ politique légitime. Ce faisant elle installe les politiques actuelles comme les seules légitimes, en particulier les politiques d’austérité menées à travers toute l’Europe. Le plus frappant est que l’usage du terme ne semble nécessiter aucune précision quant au sens qui lui est donné, si bien que personne ne semble vraiment savoir de quoi on parle. L’usage du terme populisme pour qualifier l’extrême-gauche installe aussi l’idée qu’elle n’est guère différente de l’extrême-droite en désignant de la même façon des partis qui ont placé le rejet des politiques d’austérité au cœur de leurs programmes et de leurs discours et des partis qui mettent avant tout l’accent sur la question migratoire et, plus généralement, sur les menaces que les migrants/étrangers font peser sur les sociétés européennes.

2. Un tel constat devrait inciter à rejeter l’usage du terme pour lui préférer un débat politique contradictoire. Mais les choses sont plus compliquées. D’une part, le « populisme » a bel et bien été défini dans le champ scientifique, avec un relatif consensus. Il est donc possible de lui donner un sens rigoureux. D’autre part, certains mouvements de gauche radicale se revendiquent explicitement du populisme, refusant le caractère péjoratif associé au terme.

La définition scientifique du populisme est fondé sur deux éléments centraux [9] : l’appel à un peuple homogène ; l’opposition entre le peuple et l’élite, associée à l’idée que la politique devrait être l’expression du premier et qu’elle a été corrompue par la seconde. C’est sur cette base, que Syriza en Grèce ou Podemos en Espagne ont pu être qualifiés de populiste dans le champ scientifique. Certains auteurs notent pour Syriza un basculement autour de 2012, avec l’abandon des catégories traditionnelles de la gauche radicale (travailleurs, classes sociales, ...) au profit de catégories plus générales et abstraites. Ainsi, dans sa déclaration électorale d’avril 2012 (cité par Katsambekis, 2016, p. 398 [10]), Syriza affirme,

Ils décident sans nous, nous avançons sans eux... Une nouvelle majorité sociale et politique, avec la gauche radicale en son cœur, peut renverser le système bipartisan pourri et créer des structures de gouvernance alternatives, dont le peuple sera le protagoniste... Maintenant, le peuple prend le pouvoir... .

La référence au peuple comme groupe homogène et son opposition à l’élite est encore plus explicite chez Podemos, qui désigne les deux partis principaux en Espagne (le parti socialiste à gauche et le parti populaire à droite) par le terme « la casta » (la caste). Aussi, bien que son ancrage à gauche ne fasse guère de doute, Podemos refuse les catégories de gauche et de droite, comme l’affirme son leader Pablo Iglesias [11] : « Le 15-M [12] a cristallisé une nouvelle culture de la contestation qui ne peut pas être appréhendée par les catégories de gauche et de droite – quelque chose que les leaders actuels de la gauche refusent de reconnaître ». Ce refus du clivage gauche/droite n’est pas pour Podemos une prise de position idéologique mais une nécessité stratégique pour faire avancer un programme progressiste contre l’austérité et la corruption politique, en agrégeant des demandes issues de fractions très diversifiées de la société civile espagnole. C’est ce qu’affirme Pablo Iglesias [13] :

la tâche (NDLR : pour Podemos) était d’agréger de nouvelles demandes issues de la crise autour d’un leadership médiatique, capable de dualiser l’espace politique..., conditions pour une articulation d’un discours dichotomique, visant à transformer les nouveaux construits idéologiques du 15-M en un thème populaire, en opposition avec les élites.

Ce discours est fortement inspiré de Laclau, professeur de sciences politiques d’origine argentine qui enseignait à l’université d’Essex en Angleterre, et considéré comme le théoricien du populisme de gauche [14]. Selon lui, lorsque la politique institutionnelle ne peut plus satisfaire une série croissante de demandes issues de secteurs divers de la société, le populisme peut alors créer une « chaîne d’équivalences » entre ces demandes insatisfaites à travers un antagonisme interne qui suppose un ennemi commun (comme l’austérité) et un processus d’identification (à travers ce qu’il appelle des signifiants vides, comme le « peuple », ou un leader « charismatique »). Autrement dit, il s’agit d’agréger des demandes de catégories aussi diverses que, par exemple, les ouvriers, les classes intellectuelles urbaines, les urbains précarisés (chômeurs, petits boulots précaires dans les services, ...), les immigrés, ... En effet, sans nier l’hétérogénéité de chacune de ces catégories, elles portent des visions du monde (qui peuvent par exemple être moralement conservatrices ou non) et surtout des revendications concrètes très différentes qui, dans certains contextes comme celui de la crise européenne depuis 2008, ne trouvent pas de réponse politique. Le populisme est alors une stratégie visant à agréger ces demandes en désignant un ennemi commun et un processus d’identification sur des termes très généraux et abstraits, comme le « peuple ». Dans cette perspective, le populisme ne présente aucune connotation péjorative mais doit au contraire être compris comme l’essence même du politique, rendant possible une rupture avec les tendances historiques lourdes par des moyens politiques.

En conclusion, le problème n’est pas simple, car si dans le discours dominant l’usage du terme populisme vise à disqualifier l’adversaire politique comme illégitime, il existe un populisme de gauche assumé dont l’objectif est de restaurer le politique au sens noble du terme en agrégeant et orientant les demandes diverses issues de la société civile vers un programme progressiste de gauche.

Ceci mène à deux interrogations que nous laisserons à l’appréciation de chacun :

  • Doit-on persister à utiliser le terme de populisme alors qu’il peut potentiellement disqualifier des acteurs portant des revendications légitimes ?
  • N’y a-t-il pas une limite aux stratégies populistes de gauche dans la mesure où l’agrégation de demandes diverses vise à étendre son influence sur des signifiants vides (le peuple, la caste, ...) plutôt que sur un programme politique clairement défini ?

Notes

[1Laclau E. (2008), La raison populiste

[3Ce discours peut être entendu ici : https://www.youtube.com/watch?v=P84tN0z4jqM

[5cité par l’agence de presse DPA, 18 mai 2015

[9Mudde C., 2004, « The Populist Zeitgeist », Government and Opposition, 541-563.

[10Katsambekis G., 2016, « Radical Left Populism in Contemporary Greece : Syriza’s Trajectory from Minotarian Opposition to Power », Constellations, Volume 23, Number 3, 391-403

[11Iglesias P., 2015, Understanding Podemos, New Left review, May-June 2015, 7-22

[1215-M se réfère aux mouvements sociaux d’occupation des places publiques à travers l’Espagne, entamé le 15 mai à Madrid, connu aussi sous le nom des indignés. Les revendications de ce mouvement ont mis l’accent sur la corruption de l’élite politique (à la suite de scandales à répétition), la nécessité de réinventer la démocratie et la lutte contre l’austérité.

[13Iglesias P., 2015, Understanding Podemos, New Left review, May-June 2015, 7-22

[14Les fondateurs de Podemos sont issus du département des sciences politiques de Universidad Complutense de Madrid.